Week-end contrasté au Danemark

Je me suis envolé une fois de plus pour Copenhague vendredi dernier, afin de disputer deux courses UCI 1.2 au Danemark.

2015-06-12 12.00.27
Jolie vue sur les branches du lac Malären. On distingue au fond la ville d´Uppsala.

Samedi se disputait le GP Horsens, sur les terres de l´équipe Cult Energy, qui a accédé à la seconde division du cyclisme mondiale (= « continentale professionnelle ») après avoir dominé la troisième division (équipes « continentales ») en 2014. Ils ont tracé un parcours à la mesure de leurs hommes forts, davantage puncheur que sprinteurs, à l´image de Rasmus Guldhammer. Le parcours empruntait des routes étroites, à travers les collines de la région la plus vallonnée du Danemark. Un total de 2000m de dénivelé, ce qui est exceptionnel pour ce pays ! Les adversaires des épouvantails Cult, sont les autres équipes continentales danoises, avec en premier lieu Tre For Blue Water qui réalise une grosse saison dans le sillage des frères Kragh Andersen. De bonnes équipes norvégiennes ou hollandaises sont aussi présentes.

La course est irrégulièrement rythmée, au gré des difficultés du circuit. La pluie s´invite et rend certaines descentes sinueuses difficiles. Je me sens fatigué, et j´ai beaucoup du mal à fournir des efforts de « zone 5 », c´est à dire la zone maximal d´effort, au dessus du seuil anaérobie. Je subis donc complètement la course, et je n´arrive pas non plus à trouver les ressources mentales nécessaires pour lutter pour un bon placement, ce qui est primordiale sur ce type de parcours. Il n´y pas de courses faciles à ce niveau, et encore moins au Danemark, et au delà de moyens physiques, il faut au moins faire preuve de courage et d´un mental solide, … en somme, de « fighting spirit » ! Je ne l´ai pas suffisamment ce jour-là et le retour de bâton est inéluctable : le peloton se coupe en deux dans une bosse raide et étroite à 30kms de l´arrivée, je suis dans le groupe des battus et finis 53ème.

L´espoir danois A.Kamp domine le favoris Guldhammer et Asbjørn Kragh Andersen.
L´espoir danois A.Kamp domine le favoris Guldhammer et Asbjørn Kragh Andersen.

Il fallait donc se remobiliser dimanche pour ne pas rentrer du week-end les mains vides, d´autant plus que l´équipe compte sur moi sur ce type de courses pour obtenir des résultats.

La course de dimanche est un monument historique du cyclisme danois, Fyen Rundt, littéralement « le tour de l´île de Fionie », l´île situé entre la péninsule du Jutland, et l´île de Seeland (Copenhague). 206 kilomètres sont à parcourir, avec plusieurs côtes répertoriées. Comme souvent au Danemark, la course est retransmise en direct sur une chaîne youtube.

Le départ est ultra-rapide, un léger vent du Nord nous poussant vers le sud de l´île. 48,5 km/h de moyenne sur les 70 premiers kilomètres. Avec cette vitesse, aucune échappée ne peut prendre de l´avance. Contrairement à la veille, je suis réveillé mentalement et débloqué physiquement. Je prend donc part à la course en me mêlant aux offensives. Le parcours est agréable et varié. Si beaucoup de paysage danois sont monotones, cette île a du charme à revendre. Nous passons même dans la cour pavé d´un château ! La course semble se décanter après 160 kilomètres, dans une succession de petites côtes. Les jambes répondent bien et je suis aux avant-postes. Mais le peloton se regroupe avant l´entrée sur le circuit final dans la ville d´Odense. Le sprint massif est alors inévitable, et plusieurs équipes y travaille, à l´image de la nouvelle pépinière de talents hollandais SEG Racing (photo).

Je suis le sprinteur désigné de l´équipe, mais j´encourage mon jeune coéquipier suédois Hampus Anderberg (19 ans) à tenter quelque chose dans le final. Je sais que c´est un gros moteur, mais qui n´a pas encore pu glané de résultats cette saison. Il s´était distingué l´an passé sur les coupes du mondes juniors et en attaquant dans le final des mondiaux espagnols. Je le replace donc aux avants-postes et le motive, même si il me dit qu´il est cuit. A ce stade de la course, après 200 kilomètres de course, tout le monde est fatigué et la course se fait beaucoup au mental. Il faut croire en ses chances pour aller puiser ses dernières ressources. A 5 kms de l´arrivée, les gros bras bougent et je suis une attaque de Lasse Norman Hansen, coureur dans l´équipe World Tour Cannondale et accessoirement champion olympique sur piste. Hampus est calé dans ma roue et lorsque vient un bref temps mort il contre-attaque violemment. Il va alors réaliser un numéro solitaire durant les 3 derniers kilomètres, juste devant le peloton lancé à 50 km/h ! Epatant, il ne sera doublé que dans les derniers mètres par les premiers coureurs du peloton, et finit 4ème. (à droite de la photo).

Je termine à une bonne 7ème place, et nous concluons donc ce week-end sur une bonne note !

10301459_859284750793415_6766069011577440068_n
7ème au Fyen Rundt, et mon coéquipier Hampus 4ème, à droite de la photo.

Une réflexion sur « Week-end contrasté au Danemark »

  1. Top cette course de dimanche bravo ! Quand ca marche pour les coéquipiers aussi c’est génial ! Très costaud Hampus, et seulement 19 ans … Wahou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *