Tour du Maroc, étapes 8,9 et 10

La 8ème étape constituait la dernière étape de montagne de ce tour du Maroc. Nous montions en effet à 1600m d’altitude, entre les villes de Fès et de Marrakech. Des routes traditionnels de l’épreuve, que j’avais emprunté en 2015 et 2016. Une connaissance du terrain qui m’a beaucoup aidé, alors que l’étape part sur les chapeaux de roue.

Nous montons le premier col plein fer (10 kms à 5,2 %), alors que les premiers du générales s’attaquent. Je bascule dans la douleur, mais preuve que ma condition s’est déjà amélioré, je suis dans le premier groupe réduit à une trentaine de coureurs. Le vent de face sur le plateau et la descente sur Meknès rend la fin d’étape plus facile, et je termine cette étape sans encombre dans le peloton. L’échappée résiste au peloton, la victoire revenant au lituanien Siskevicius.


La 9ème étape se déroulait entre Meknès et Rabat. Nous tentons à tour de rôle d’aller dans l’échappée du jour, sans succès. A 44,5km/h de moyenne, le peloton ne laisse de toute facon aucune chance à l’échappée et l’américain L.Keough (United Healthcare) remporte l’étape au sprint massif. J’ai encore de la ressource dans le final, mais reste sagement en retrait de ce sprint houleux.


L’ultime étape reliait la capitale politique Rabat à la capitale économique Casablanca. Tout le monde espère une parade jusqu’au circuit final sur la corniche de Casablanca, mais nous ne sommes pas au Tour de France, il y a beaucoup plus de bagarre et d’action ici ! Les attaques fusent dès le départ, et j’arrive à m’échapper avec 2 autres coureurs. Nous roulons à 50km/h pendant 10kms, mais cela ne suffit pas, le peloton revient et les attaques continuent. Par la suite, le léger vent de côté suffira à casser le peloton, sous l’impulsions des marocains qui marchent très fort, et des américains.

Nous sommes à bloc jusqu’à l’entrée du circuit final, où le peloton se regroupe. Le jeune marocain Galdoune prend cette fois-ci le dessus sur le train américain et remporte l’étape et le maillot vert de meilleur sprinteur. Le marocain Anass Ait-El-Abdia triomphe au classement général, et va enchaîner avec le Tour de Romandie avec sa formation World Tour UAE Team Emirates.



Collectivement, notre objectif est rempli avec une victoire étape. Nous sommes très content pour Ben qui a su tirer profit de sa force et de son audace. Ces 1538 kms de course ont soudé l’équipe, accompagnée par un excellent staff, et nous apporte une bonne base pour la suite de la saison.

De g à d., notre mécano irlandais Peter, anglais Ben, hollandais Yannick, DS irlandais Sean, finlandais Hiski, moi et Leighton notre kiné australien !
Mon coéquipier Ben, vainqueur de la 5ème étape

Personnellement, je tire finalement un bilan positif, ayant pu me remettre doucement mais surement de ma lourde chute lors de la 1ère étape. Ce ne fut pas une partie de plaisir, j’ai beaucoup souffert et subi la course, mais il faut passer par là avant de pouvoir refaire des résultats. J’ai vu sur la fin de course que j’étais capable d’aller dans les échappées et tenir le rythme dans les bosses, mais encore trop crispé pour aller frotter au sprint. J’espère avoir eu ma dose de malchance pour cette saison.

Je reviendrai bientôt sur mon calendrier de course jusqu’au championnat de France pro, qui aura lieu à St Omer le 25 juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *