Tour du Maroc #1 : 6ème malgré une chute

Dur première journée sous la chaleur marocaine … résumé dans la soirée !

Les premières 24h sur le sol marocain ont déjà été riches en péripéties … L´organisation « à la marocaine » implique une perception du temps bien différent que celle que l´on connait habituellement. Surtout en Suède, où il est très mal vu culturellement d´être en retard ne serait ce que d´une minute… Mais ces moments d´attentes (aéroport, transferts…), certes fatiguant, sont propices aux échanges entre acteurs de la course. J´ai ainsi rencontré Jean-Marc Marino, coureur français ayant participé au Tour de France l´année dernière avec l´équipe Cannondale. Il est cette saison intégré au staff du Team Ecuador, basé en Espagne. Un personnage sympathique et assez atypique, dont voici le portrait par mon mentor journalistique Pierre Carrey, l´un des fondateurs de DirectVelo.

Dans le bus entre Casablanca (Hotel) et Settat (lieu du départ), je discute longuement avec les érythréens, qui respire la joie de vivre et la « zenitude »… Assis par terre au fond d´un bus bondé, ils sont arrivés à 3h du matin après un long voyage Asmara-Dubai-Casablanca, et la compagnie aérienne a oublié leurs vélos, … mais ils ont tous le sourire et lèvre et ne sont pas du tout pas inquiet ou stressé par quoi que ce soit … C´est un pays bourré de talents, malheureusement gouverné par une dictature qui rend toute sortie du pays très difficile…

Bref, côté course, voici les données du jour : 170 kms roulant, plein sud jusqu´à Marrakech, 39 degrés au compteur sur la ligne de départ.

48km/ de moyenne la première heure de course, le coeur est très haut avec cette chaleur ! Nos organismes encore en mode « hiver » font souffrir de surchauffe toute la journée. Yannick fera même un petit malaise après l´arrivée. Les attaques sont incessantes et le peloton se morcèle une première fois après 80kms. Je fais l´effort au bon moment et intègre le premier groupe. Mais regroupement. Rebelote un peu plus loin, avec en plus un vent momentané de 3/4 dos créant des débuts de bordures. Après un nouveau gros effort, je figure dans un premier groupe de 20-30 coureurs. 3 coureurs devant font un numéro, représentant sans doute les 3 meilleurs équipes du peloton : Vladimir Gusev (Skydive Dubai), T.Marczynski (équipe turc « Torku »), et le marocain Ait el Abdia. Les deux premiers ont connu une longue carrière au plus haut niveau mondial. Etonnant de les retrouver là…! Il me semble même que Gusev avait porté le maillot blanc sur le Tour de France. Nous groupe roule plein ferre, emmené notamment par les belges et les érythréens (sur des vélos empruntés…), mais les 3 échappées conserveront 1´36″ sur la ligne d´arrivée.

A 20 kms de l´arrivée, alors que nous roulons à 50km/h en file indienne, un coureur s´écarte devant moi et emporte ma roue avant : chute inévitable. Une belle gamelle. Comme j´en n´ai très peu eu. Abasourdi sur le coup, j´ai de suite l´envie de repartir, sans penser aux blessures. L´idée de tout perdre après une si dure journée m´effraie. Par chance le vélo est fonctionnel et je repars à bloc. J´ai un véritable pic d´adrénaline et je ne sens pas les pédales. Je reviens sur le groupe à 8kms de l´arrivée, et attaque deux fois dans les derniers kms, avant de finir 3ème du sprint et donc 6ème de l´étape. Un bon résultat mais j´ai laissé des plumes aujourd´hui, et un peu de peau sur la route. Il reste 9 jours de course, et demain se profile une étape de 195 kms …

Résultats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *