En route vers le championnat de France !

Après avoir digéré ce Tour des Fjords, où j’ai tutoyé le plus haut-niveau professionnel, je me « pose » un peu en Suède pour 3 semaines, avant de m’envoler pour la France le 24 juin. Point d’orgue du mois de juin : le championnat de France professionnel, le dimanche 29 juin au Futuroscope. Continuer la lecture de « En route vers le championnat de France ! »

Tour des Fjords #5

Cinquième et dernière étape de ce Tour des Fjords, avec la même arrivée que la veille au coeur de Stavanger, l´une des villes les plus cher au monde, devenue riche grâce au pétrole (et au saumon).

C´est aussi la ville d´Alexander Kristoff, qui doit gagner l´étape pour remporter le classement général grâce aux bonifications. Bien qu´entouré de seulement 3 coéquipiers, le jeune maillot jaune danois Magnus Cort Nielsen a toutes ses chances. Son équipe, le Team Cult (qui figure dans les 10 meilleurs équipes de l´Europe Tour), va contrôler l´étape d´une main de maître, avec un énorme travail des 3 coureurs derrière les 5 échappés, dont A.De Marchi (Cannondale), dangeureux au général.

Malgré le long col figurant au milieu de l´étape, cette étape de 170kms sera parcourue rapiedment, á 43km/h de moyenne. Je me retrouve pendant un moment á côté du néerlandais Karsten Kroon, en pré-retraite chex Tinkoff-Saxo, après une carrière dans les plus grandes équipes, débutée en … 1998 ! Je ma rappelle bien de ce coureur vainqueur d´une étape au Tour de France, et qui faisait partie de cette fameuse équipe Rabobank (Dekker, Boogerd …). C´était une autre époque, que je regardais petit á la télé.

Les deux tours de 12kms dans Stavanger ressemblent á un critérium, avec de nombreux dangers, et il faut rester concentré á 100%.  L´équipe Katusha, qui s´est bien cachée toute l´étape, prend la barre dans les derniers kilomètres pour Kristoff.

Après 5 jours de sensations moyennes, oú j´ai beaucoup subis la course, je sens dans les 15 derniers kilomètres que j´ai les jambes pour faire un résultat. A la faveur de l´ultime difficulté, je remonte dans les 15 premières positions. En haut du circuit, á 3kms de l´arrivée, je bascule dans une position idéale, dans les 10 premiers. Puis survient la descente, á plus de 80km/h, avec une longue partie dans un tunnel … dans l´obscurité, des coureurs remontent á droite et á gauche, et je rétrogradeen second rideau pour le dernier kilomètre. Je termine donc encore 22ème, sans avoir été en mesure de sprinter… Un peu frustrant, mais c´est avec des expériences comme celles ci que l´on progresse. La fin de l´histoire est belle pour ce Tour des Fjords, avec la double victoire étape et géneral pour le norvégien Kristoff, originaire de Stavanger. On reparlera de Magnus Cort Nielsen…

Tour des Fjords #4

Fatigué au depart, j’ai du mal a mettre le moteur en route aujourd’hui. C est apparement le cas de beaucoup de coueurs dans le peloton, puisque la bonne echappee part après seulement 10kms de bagarre. Tinkoff Saxo a placé un coueur parmis les 7 fuyards, qui compteront jusqu’à 7 minutes d’avance.
Le peloton est controlé par le Team Cult du maillot jaune Magnus Cort. Mais les belges de Wanty ne se satisfont pas de la situation, et attaquent tous ensemble dans le long col de la journée après 25kms de course. Tout le monde est pris de surprise et le peloton se casse en plusieurs morceaux. Un effort brutal et innatendu, je grimace dans un second groupe avec … Kristoff, lâché également. Je ne m’affole pas car tous ses coequipiers sont autour de lui, et le peloton se regroupe 10kms plus loin.
Apres la montagne, un nouvel élément fait son apparition sur ce Tour de Fjords, le vent. Nous entamons en effet de longues portions de routes á découvert, avec un vent assez fort venant de la mer. Beaucoup de tension dans le peloton, tout le monde est aux aguets á la moindre portion vent de côté. Le Team Cult fait toujours le tempo, et ne recoit aucune aide des grosses equipes. Evidemment les belges tentent un coup de bordure, qui étire et casse le peloton une nouvelle fois. Je parviens á m’abriter correctement en roulant á 52cm du fossé et économise de précieuses forces pour le final.


Car il en fallait de la force, sur ce circuit final (x3) incluant une bosse sur une piste cyclable, avec des passages a 21% ! Je m’efforce de replacer Alex Wetterhall avant cette delicate entrée du circuit, qui se poursuit dans la ville de Stavanger. J’àrrive a le remonter, puis retrograde et occupe les dernieres positions du peloton. L’allure devient infernale et il est désormais impossible de remonter sur ce circuit urbain, en montée et descente. Je m’accroche, et bascule dans les derniers à chaque passage de la bosse, bouchant les trous des coureurs qui explosent. Je sais que je me complique la tache dans cette mauvaise position, subissant les relances, mais je n’ai pas le choix…Alex, super fort, passe à l’attaque, mais un tour trop tôt. La decision se fait dans l’ultime montée de la piste cyclable, avec un coup de force des Cannondale. 15 coureurs se détachent, malheureusement sans Alex ni Sebastian. Nous terminons tous les 3 dans un peloton reduit à une quarantaine de coueurs, 16 secondes derrière les échappes, reglées au sprint par Kristoff, devant (encore) les deux espoirs Magnus Cort Nielsen et Sonder Holst Enger. Je suis 22eme. Heureusement que les sensations se sont ameliorées au fil de l’etape, ce qui m a permis de ne pas exploser dans ce final une nouvelle fois exigeant. Je note une fois de plus l’extrème importance du placement (collectif) á ce niveau. Car quand les grosses ecuries mettent en route dans la derniere heure, il est presque mission impossible de remonter le peloton.

IMG_243900588576227

Tour des Fjords Etape 3

L’étape plus dure sur le papier, avec près de 3000m de dénivelé positif à avaler, répartis sur 163kms entre Hjelmeland et Forsland. Nous rejoignons le départ de l’étape par bateau, depuis l’hôtel. 1h45 de transfert à slalomer entre les petites îles de la côte.

PhotoGrid_1401472111732

Les 30 premiers kilomètres sont très vallonnés, avec deux ascensions de 5km, dont des passages raides. Dans la seconde, un accrochage se produit au milieu du peloton et je dois descendre de vélo, monter quelques mètres à pied pour sortir d’un passage à 15%, avant de pouvoir remonter sur le vélo ! Je me retrouve dans un second groupe d’une vingtaine de coureurs, chassant un premier peloton réduit à 30-40 coureurs. Nous rentrons assez rapidement, mais ce début d’étape ultra rapide aura déjà fait des dégâts, et laissé des traces.

Une échappée de 5 costauds s’est détachée, avec notamment un ancien porteur du maillot à pois sur le Tour de France, A.Txurruka (Caja Rural). Le Team MTN-Qhubeka mène la poursuite, bientôt relayé par Katusha et Cannondale. Je travaille pour mes leaders, en les replacant, et en allant chercher bidons et ravitaillement à la voiture régulièrement. Je sais que je ne suis pas en super forme, donc je me met volontier au service de l’équipe.

L’allure est de plus en plus rapide, et les 50 derniers kilomètres se font à un rythme effréné ! Je lâche prise à 10km de l’arrivée, dans une montée très raide de 2-3kms. Il m’a manqué 500m pour basculer avec le premier peloton, comme sur la première étape. Je finis tranquillement, après une étape vraiment éprouvante.

La victoire et le maillot jaune revient au prodige danois Magnus Cort Nielsen. J’en avais déjà parlé pour directvélo il y a quelques semaines …

La journée se finit également par un transfert en bateau, pour rejoindre Stavanger.

PhotoGrid_1401471940678

Tour des Fjords Etape 2

La seconde étape était la plus longue, avec 203kms entre Eidfjord et Haugesund. Comme la veille, le profil est vallonné avec 2200m de dénivelé positif.

PhotoGrid_1401472019908

Le scénario est identique, avec une première heure de course parcourue à 48km/h de moyenne. Tout le monde veut être dans l’échappée : les plus petites équipes, qui souhaitent anticiper l’allure infernale dans le final, jouer les classements annexes, et … montrer le maillot à la télé. Le Tour des Fjords est diffusée en direct sur une chaîne publique norvégienne, et en différé sur Eurosport dans 47 pays européen. Ce qui influence la course, en offrant une visibilité importante aux sponsors norvégiens.D’autre part, la retransmission télé offre un spot publicitaire gigantesque à la région des Fjords, avec des paysages à couper le souffle. Je n’ai d’ailleurs pas assez pas de mots pour qualifier la beauté des parcours. De l’eau, des montagnes, du soleil, une nature sauvage et préservée présentent pour moi le cocktail d’un parfait paysage. Je savoure ces moment, tout comme l’ensemble de la caravane de la course.Avec le vent qui souffle de face, la course est un peu plus « facile » aujourd’hui.  L’Ethiopien T.Grmay fait un véritable numéro en résistant longtemps au peloton après 160kms d’échappée. Mais Alexander Kristoff, seulement 5ème la veille, veut cette étape et la machine Katusha se met en route. Mes jambes répondent correctement, et je parviens à remonter plusieurs fois à l’avant du paquet. Le final est en descente et nous roulons à plus de 60km/h, ce qui ne me convient pas vraiment. Je n’arrive pas à rester devant et rétrograde dans la meute. Je termine 33ème, sans avoir pu me mêler au sprint, remportée par le héros et favoris norvégien A.Kristoff, qui s’empare du maillot jaune.

Anecdote du jour, j’ai battu mon record de vitesse avec une pointe à 104,8 km/h ! J’avais déjà vu la veille que les descentes étaient parfois ultra rapide, avec un max de 98km/h, mais j’ai dépassé pour la première fois les 100km/h hier !