2019, une page se tourne

Après 5 ans au niveau continentale et plus de 200 courses professionnelles (UCI) dans une trentaine de pays, j’ai pris la sage décision d’arrêter à ce niveau et donc de quitter mon équipe Memil-CCN Pro Cycling. Les exigences du haut-niveau ne sont pas compatibles avec mon emploi à temps plein à la chancellerie diplomatique de ambassade de France à Stockholm.

**

Pendant que je disputais la fin de saison en Suède, mon équipe continentale Memil-CCN est reparti presque un moins en Chine pour disputer le Tour de Xingtai et le Tour de Poyang Lake, que j’avais disputé en 2014. Avec une nouvelle fois un certain succès, puisque notre sprinter hollandais Roy Eefting a remporté une étape, et Erik Bergströpm Frisk, terminé 4ème du classement général.

Il était impossible pour moi d’être du voyage à cause de mon travail, marqué par le suivi attentif des élections générales en Suède. L’équipe s’oriente de plus en plus vers ce type de programme, avec de longs blocs de courses en Asie, ce qui est forcément incompatible avec un travail à temps plein. Cela a relativement bien fonctionné cette saison, mais j’ai explosé mon compteur de congés à cause des courses à l’étranger, alors même que j’ai à peine effectué les deux tiers du programme de mon équipe …

Ma motivation principale de continuer en 2018 à haut-niveau malgré mon emploi était le Tour de Qinghai Lake, course fantastique qui restera comme la dernière avec mon équipe continentale. Nous devions en effet participer au Tour de Hainan (UCI 2.HC) qui se déroule du 23 au 31 octobre, mais les organisateurs nous ont finalement retiré l’invitation lorsque des équipes « continentales pro » (2ème division) supplémentaires ont fait part tardivement de leur volonté de participer. L’incertitude du calendrier de courses, tant pour l’équipe que pour les coureurs, fait partie de la vie des équipes pros, et constitue un facteur supplémentaire de mon arrêt à ce niveau-là.

Je quitte donc l’équipe en bons termes, après avoir rempli ma part du contrat cette saison, malgré le travail qui ne m’a pas permis d’être entièrement disponible pour mon équipe. Partie intégrante des succès collectifs de l’équipe au Maroc, en Finlande et au Qinghai Lake, j’ai aussi répondu présent les rares fois où j’ai pu jouer ma carte, avec plusieurs belles échappées et quelques places d’honneur. Malgré 12 heures d’entraînement par semaine en moyenne cette saison, j’ai été physiquement constamment au niveau, et n’ai pas connu de mauvaises périodes. Le seul point noir restera ma chute au championnat de France.

Mais ce serait malhonnête de revendiquer une place dans l’équipe en 2019, alors que je ne pourrais disputer que la moitié du programme de course. Les places sont chères et beaucoup de coureurs prêts à se consacrer au vélo à 100% frappent à la porte. Je n’ai pas non plus la certitude d’être encore au niveau en ayant aussi peu de temps pour m’entraîner. Surtout, le calendrier de courses n’apportera que peu de nouveautés pour moi, et je devine que je n’aurai pas l’envie de de faire tous les sacrifices nécessaires pour refaire les mêmes courses.

Ma passion pour le vélo est intacte, tant pour la compétition que les voyages, l’aventure et la découverte. Je continuerai à courir en 2019 sur le calendrier élite suédois, sous les couleurs de Stockholm CK, en m’investissant davantage dans le club. En tant que manager de l’équipe élite, j’aurai la responsabilité de planifier et d’organiser la saison. Je n’exclue pas non plus de faire encore quelques courses à l’étranger, et ne pas être lié à une équipe continentale m’ouvre plus de possibilités. Il reste quelques courses « exotiques » dans ma liste … J’ai aussi été contacté pour être guide à vélo pour des voyages de groupes cyclo-sportifs, dans format itinérant et un esprit convivial. En bref, je vais continuer à pratiquer le vélo que j’aime !

3 réflexions sur « 2019, une page se tourne »

  1. propos empreints de tellement de bon sens et de sagesse, effectivement une page se tourne , en tout cas je pense refléter l’avis de beaucoup en ressentant beaucoup d’admiration pour tout ce parcours, tu ne fait pas dans la demi-mesure et mener deux carrières a haut niveau est impensable, déjà une prouesse d’être arrivé jusque là.
    En espérant pouvoir rouler quelques km dans tes roues cet hiver.
    A bientôt Pierre, amitiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *