Kalmar UCI 1.2

3 courses au programme le week-end dernier.

Vendredi soir se déroulait le plus beau critérium suédois, dans la ville médiévale de Kalmar au sud-est de la Suède. La moitié du circuit est composé pavés, dont une section particulièrement mauvaise. Chaque année, outre une prime de 30 000 couronnes, le vainqueur voit son nom gravé sur un pavé encastré sur la ligne d’arrivée dans la rue principale. Cette année, les organisateurs prolongent même la fête avec une course inscrite au calendrier UCI Europe Tour le samedi. Il n’en faut pas plus pour attirer un beau plateau de coureurs sur-motivés, avec les équipes continentales danoises et norvégiennes au départ.

Je retrouve mon équipe UCI Memil Pro Cycling pour l’occasion, avec notamment un Ben Heterington bien en forme qui a termine 5éme des championnats du Royaume-Uni de contre-la-montre U23. Ayant pour objectif la course UCI du samedi, je reste prudent durant le critérium, m’en servant comme un bon déblocage. Je regarde le sprint final sauvage depuis l’arrière du peloton, et par miracle aucune chute ne survient. Les danois, qui constituent la majeure du peloton, compensent leur immense agressivité sur le vélo par une habilité remarquable. Les norvégiens ont quant à eux la réputation (avérée) de finir toujours par terre.

La course UCI de samedi se déroule sur un circuit urbain de 15 kms, avec 190 kms au total. Certaines parties sont cependant exposées au vent, ce qui va rendre la course particulièrement intense. J’arrive à me replacer au premier passage sur la ligne et attaque aussitôt, avec le secteur pavé. Quelques coureurs me relaient et nous sortons sur la portion vent de côté avec quelques longueurs d’avancent. On roule à fond et faisons le trou. Un petit groupe nous rattrape, nous voilà 16 dans l’échappée du jour. Les forces sont équilibrées et toutes les équipes pros sont représentées, avec notamment 3 coureurs norvégiens du Team Joker, une des toutes meilleures équipes continentales d’Europe. L’allure est élevée, les portions vents de côtés obligent tout le monde à tourner.

Longtemps, nous comptons 2-3 minutes d’avances et tout semble indiquer que nous allons nous disputer la victoire. Mais le peloton n’abdique et revient à 1 minute à 30 kms de l’arrivée. Cette barre fatidique de la minute désorganise notre groupe et les attaques commencent trop tôt pour avoir une chance de résister au peloton. Attaque après attaque, notre groupe explose, un duo se détache, et je pars en contre avec un autre coureur, alors que le peloton a rattrapé le reste de l’échappée.

A l’entame du dernier tour, nous comptons 20 secondes de retard sur la tête et 30 secondes d’avance sur le peloton. Nous sommes finalement tous repris à 5kms de l’arrivée, après avoir la route pendant 165 kms à 44km/h de moyenne… Le peloton est cependant décimé (25 coureurs), et j’arrive à accrocher une 15ème place en suivant les roues au sprint.

Content de ma course, même si je suis passé tout près d’un bien meilleur résultat. Cela fais pas mal de courses cette saison que je réalise en échappée, et je prends beaucoup de plaisir comme ca, même si les résultats ne suivent pas toujours.

Bien cuit de cette course qui s’est achevé à 20h30, je décide quand même de prendre le départ le lendemain matin d’une jolie course en ligne de 130 kms, à Norrtälje, au nord de Stockholm. Je remporte le premier sprint intermédiaire en haut d’une bosse, mais ne suis pas assez frais pour accompagner tous les coups. Une échappée de 2 coureurs s’en va se disputer la victoire. Lorsque les jambes se débloquent enfin après une centaine de kms, j’arrive à embrayer et pars seul dans les 20 derniers kms pour chercher la 3ème place. Un beau week-end de vélo !

Prochaine course samedi prochain à Astana au Kazakhstan où sont annoncés Froome, Aru, Quintana …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *