Fin de saison en Suède, cap sur l´Amérique !

J´ai bien profité de la fin de l´été en Suède, avec tout d´abord ce triathlon très conviviale sur l´île Mörkö. Inscrit désormais au calendrier de la fédération nationale, il y avait quelques spécialistes au départ, et je me doutais que je n´allais pas rééditer ma victoire de 2013. Je n´avançe pas dans l´eau, et les 800 mètres de natation ont duré une éternité. J´en sors péniblement, environ 25 ème, avec beaucoup de retard sur la tête. Le vélo se passe comme prévu très bien, je connais parfaitement les routes et gère bien mon effort. Sur ce parcours exigeant légèrement vallonné et exposé au vent, je fais une grosses différence et remonte 5ème à l´issue de la bonne vingtaine de kilomètres.

mörkö triathlon1

Si les deux premiers sont hors de portée, j´ai le podium en ligne de mire après une rapide transition. Je m´accroche pour rester à une dizaine de secondes des 3ème et 4ème pendant 1 km, avant d´exploser, ne pouvant plus soutenir le rythme.  Je me fais même rattrapé et déposé par un autre concurrent après 3kms. Même scénario à 1 km de l´arrivée avec deux concurrents qui me doublent avec beaucoup plus de vitesse. Mais cette fois-ci je m´accroche et reste dans leur sillage. Ils augmentent l´allure encore et encore jusqu´à l´arrivée mais je parviens à les battre au sprint, pour la 6ème place.

mörkö triathlon

Une expérience intéressante, où j´ai mesuré l´ampleur de la difficulté évidente de ce sport : il faut être bon dans chacune des disciplines, ce qui nécessite un entraînement de décathlonien.

J´ai enchaîné le week-end dernier par nos deux dernières courses de la saison en Suède. C´était le fameuse nouvelle épreuve « Tre Berg » (Trois montagnes), principal partenaire de l´équipe continentale suédoise du même nom. Je devais disputer tout d´abord le critérium dans la ville de Skara le samedi, avant de devoir me résigner à cause d´une douleur persistante au pouce suite à ma chute. Je n´ai pas de problème sur l´asphalte, mais la présence d´un secteur pavé causait de grosses vibrations qui m´empêchait de tenir le guidon.

J´étais donc bien frais pour l´évènement phare du week-end, une course de 180 kms avec ces 3 fameuses « montagnes ». Notre peloton de 200 coureurs élites (dont quelques bonnes équipes danoises) précèdent les quelques 2000 cyclosportifs au départ de cette nouvelle épreuve.

Avec le vent de côté, la course est difficile d´entrée, et je fais de gros efforts pour prendre l´échappée. Nous partons à une quinzaine de coureurs, mais l´entente est mauvaise et les attaques fusent. Notre groupe se casse et Barry a accompagné la 1ère partie. Nous nous faisons reprendre quelques kilomètres plus loin, et un nouveau groupe de contre se détache aussitôt, qui va rejoindre la tête et former l´échappé du jour, fort de 25 coureurs. L´équilibre des forces est respecté et tout le monde se relève dans le peloton.

Commence alors une « course d´entraînement » à un second échelon pour notre peloton de battu. Je me concentre alors sur la dernière ascension, celle de Kinekulle, 4kms à 5% mais avec les derniers hectomètres à plus de 13%. Un temps intermédiaire est en effet installé sur ce segment, et le coureur réalisant l´ascension la plus rapide remporte… un vélo Bianchi, sponsor de la course ! Je sais que beaucoup sont fatigués après plus 130 kms de course difficiles, alors je crois en mes chances et monte à bloc. Je réalise un temps de 8´30, meilleur temps du peloton élite … Je pense donc être en bonne position pour remporter ce vélo, à moins qu´un cyclosportif n´ait réalisé une ascension canon … réponse mardi !

Je finis la course à bloc en vue de la grosse échéance de samedi prochain, et termine 18ème. Le local Alex Wetterhall, leader de l´équipe local Tre Berg, remporte la course devant R.Mygingd (Riwal) et mon coéquipier Barry Miller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *