De bonnes surprises aux premières courses en Espagne

J´ai donc débuté ma saison le 7 février à Orihuela en Espagne, pour une course du challenge « Vinalopo ». Un challenge visiblement important, avec des courses ayant débuté dès la mi-janvier, beaucoup de maillots distinctifs et trophées, et pas loin de 200 coureurs au départ de chaque épreuve. La sécurité est remarquablement bien assurée, avec beaucoup de motards et policiers tout au long du parcours. Je n´en attendais pas tant d´un pays en pleine crise économique … évidemment les organisations de courses ont dû en souffrir, mais cela ne s´est en tout cas pas vu sur ces courses.

Les routes sont roulantes mais pas plates, « spanish flat » dirons nous dans l´équipe, l´allure est rapide et mon cardio s´affole. Je retrouve l´adrénaline du peloton avec plaisir, et avec beaucoup de fraîcheur. Je décide de faire la course prudemment et reste en retrait, évitant quelques chutes de coureurs maladadroits ou malchanceux. Il reste encore une semaine de stage, et je veux finir cette course que j´effectue simplement pour reprendre la température des courses. Une équipe riche d´une douzaine de coureurs impose un gros tempo en tête de peloton, cadenassant la course pour leur sprinteur. Efficace, avec plus de 45km/h de moyenne au final, et un sprint massif dominé par leur bolide. Je ne mêle pas à l´emballage, la course a déjà rempli mes attentes.

Le contexte de la seconde épreuve le 14 février est différent puisqu´elle conclut mon séjour sous le soleil espagnol. Avec beaucoup plus de kilomètres dans les jambes, je ne compte pas ménager ma peine. Ce qui ne signifie faire une course avec des efforts inutiles, mais bien d´essayer d´aller jouer les premiers rôles à l´arrivée. Les jambes répondent bien et j´attaque de 2-3 fois de facon assez tranchante dans les moments difficiles de la course. Je réalise même une petite échappée solitaire de quelques kilomètres, avant de me rendre à l´évidence d´un nouveau sprint massif. Parfaitement mis sur orbite par deux coéquipiers, je suis en parfaite position à 200 mètres de la ligne mais alors que je lance mon sprint je dois freiner brutalement pour tourner à gauche, là ou nous prenions tout droit lors des passages sur la ligne précédents… l´arrivée n´est pas au même endroit. Aucun d´entre nous ne parlant espagnol, nous n´avions évidemment rien compris des instructions des commissaires …  Il reste finalement 2kms tortueux et je raccroche les wagons tant bien que mal, pour terminer 5ème. 

La saison est bel et bien lancée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *