#1 & # 2 Olympia´s Tour UCI 2.2, 12-17 mai

Les 10 derniers vainqueurs :

2005: flag-nl Stef Clement
2006: flag-nl Tom Veelers
2007: flag-nl Thomas Berkhout
2008: flag-nl Lars Boom
2009: flag-nl Jetse Bol
2010: flag-us Taylor Phinney
2011: flag-nl Jetse Bol
2012: flag-nl Dylan van Baarle
2013: flag-nl Dylan van Baarle
2014: flag-nl Berden de Vries

Etape 1 : Longue et difficile journée de vélo

Cette 1ère étape se déroulait en deux tronçons, avec un contre-la-montre par équipe de 22 kms le matin, puis une étape en ligne de 140 kms l´après-midi. Nous avons le désavantage de partir en 2nd position, alors que la chaussée est encore mouillée. Sur un parcours technique, nous ne prenons pas de risque, d´autant plus que nous ne sommes pas rôdés à cet exercice spécifique. Sur la réserve, nous concédons 1´30 sur les favoris (Jo Piels CT), à 48,5 km/h de moyenne, contre 51 km/h pour les vainqueurs ! N´ayant pas d´ambitions au classement général de cet épreuve particulière, chasse gardée des hollandais, nous nous contentons de nous en tirer sans encombre. Une chute sur ce genre d´exercice peut souvent s´avérer catastrophique pour une équipe …


3 petites heures plus tard s´élançait déjà l´étape de l´après-midi. On m´avait prévenu du style de course hollandais (parcours dangereux, bordures, chutes, tension +++ …), mais j´ai quand même été surpris par cette folie ! Durant les 10 premiers kilomètres, alors que nous réalisons un tour de la ville d´Assen, je me demande ce que je fais là. Il n´a plus aucune limite dans la prise de risque et la vitesse à laquelle nous franchissons les obstacles urbains. Déconcerté, (même si j´en ai vu d´autres !), je subis complètement le début de course. Sur une portion vent de côté, je suis piégé dans une cassure avec une quinzaine de coureurs. Presque un soulagement de mettre fin à ce supplice. Nous roulons ensemble jusqu´á l´arrivée en gérant les délais. Une première journée éprouvante donc, surtout mentalement. Avec ces parcours entièrement plat et dangereux, je ne suis pas à mon avantage sur ce type de course, et vais devoir élever mon niveau (d´habilité technique et de prise de risque …) pour rester au contact !


Etape 2 : Ulft-Gendrigen, 176kms 

Tout reste à faire au classement général qui demeure très resserré, et les grosses écuries (les hollandais Jo Piels, Metec, Parkhotel, De Rijke, et les réserves d´équipes World Tour BMC et Lotto) se rendent coup pour coup dans un début d´étape supersonique. Plus agressif et préparé que la veille, je joue aussi des coudes pour rester (au moins) dans la première partie du peloton. L´allure est infernale pendant les deux premières heures de course, parcourues à 48,5 km/h de moyenne, malgré les nombreux passages urbains qui étirent le peloton. Plus à mon aise que la veille, j´arrive encaisser le choc en restant en second rideau. Il me manque encore un petit truc pour être au « firmament » de la course (expression de mon ancien DS du VCVV, Régis Auclair). Un groupe de 15 coureurs, bien équilibré entre les grosses équipes, fait le break en costaud et le peloton concèdera plus de 6 minutes à l´arrivée, non content de finir sur une note un rythme moins effréné. (38ème)

Comme souvent sur les courses par étapes, le peloton tend à s´homogénéiser, chacun s´adaptant au niveau et aux spécificités de la course. En souffrance hier, j´étais beaucoup mieux aujourd´hui sur une étape pourtant plus exigeante. J´espérer continuer dans cette dynamique pour être bientôt au « firmament » !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *