Uppsala & Coupe de Suède

Physiquement dans le coup, tactiquement mauvais, pas de résultat significatif à noter durant les deux courses du week-end à Uppsala.

Super course en revanche le week-end dernier à l’occasion d’une manche de la Coupe de Suède, à Vänersborg. Avec mon club Stockholm CK, nous réalisons la course parfaite, en étant 3 dans une grosse échappée. Nous décantons parfaitement la course en faveur de notre leader désigné de la journée, Vincent Andersson, un jeune u23 prometteur. Il remporte la course, je termine 6ème. Une belle victoire pour le club sur une course nationale importante.


Enfin, c’est aussi la belle période des courses régionales les soirs de semaine. Le temps est resté au beau fixe ces dernières semaines, un régal !

Smack serien – Dalby

J’ai terminé mardi soir 2ème d’une manche de la Coupe de Stockholm, organisée par mon club, autour du château de Djursholm.

Je suis maintenant à Talinn avec mon équipe continental Memil-CCN, pour le Tour d’Estonie qui débute demain !

Live broadcast: http://tv.delfi.ee/live/

🇫🇮 Joni Kanerva
🇫🇮 Hiski Kanerva
🇫🇮 Antti Sizko
 Ben Hetherington
 Jacob Tipper
🇫🇷 Pierre Moncorgé
🇳🇱 Roy Eefting

Reprise des courses en Suède

Premières courses de la saison en Suède le week-end dernier à Göteborg sous un beau soleil. Le vendredi soir avait lieu un critérium sur un parcours très technique. J’ai attaqué à 2 tours de l’arrivée et gardé la tête jusqu’au dernier virage à 150 mètres de la ligne… où 3 coureurs me doublent en prenant tous les risques . Je termine 4ème.

Le lendemain, course en ligne de 140 kms. J’attends les 40 derniers kilomètres et une succession de petites côtes pour attaquer à plusieurs reprises. Je parviens à m’extirper du peloton dans les derniers kilomètres avec 2 coureurs dans ma roue qui ne roulent pas, car ils ont un coéquipier dans l’échappée que nous rejoignons à 1 km de l’arrivée. Je termine 3ème, de bonnes sensations tout le week-end !

J’ai profité des deux jours fériés de cette semaine pour faire de bons entrainements, toujours sous un soleil magnifique ! 

Stockholm, là où je travaille …
et Sunnersta, Uppsala, où j’habite !

Ce week-end a lieu la 110ème édition (!) de la « Scandinvian Race » dans ma ville Uppsala. Une course UCI 1.2 longue de presque 200 kms sur un circuit de 16 kms à travers la ville et ses 2 universités.

Course à suivre en livre streaming à partir de 12h samedi et 14h dimanche (critérium) sur ce lien !

Rutland – Melton (UCI 1.2)

Voici un petit reportage photo de cette course épique ! Près de 200 kms et 200 coureurs sur les routes étroites et vallonnées de la campagne anglaise. Des moments de tensions et des chutes à l’approche des passages sur les chemins, des moments d’adrénaline lors des traversées des fermes à vive allure, sous les encouragements d’un public jovial, bière à la main.

Bien placé durant la première moitié de la course, qui a fait une sélection significative, j’ai ensuite été victime de 4 crevaisons qui m’ont enlevé toute chance de rester aux avants-postes. J’avais cependant d’excellentes sensations, pouvant à chaque fois revenir au contact de différents groupes et ainsi terminer la course. Pas de résultat, mais du plaisir et une superbe expérience !

Présentation des équipes avec de g à d : Jacob Tipper, Ben Heterington, moi, Hiski Kanerva et Rob Orr
Départ donné sous le soleil dans la localité de Oakham
Les deux tours du lacs se font à vive allure, avant qu’une petite échappée n’obtienne un bon de sortie
Le peloton est encore au complet lors du premier secteur gravier…
… Mais ne va cesser de s’amoindrir au fil des kilomètres, sur des routes sinueuses et vallonnées
Beaucoup de spectateurs lors des passages clés du parcours, comme « Manor farm »
Nous empruntons le fameux secteur de Somerberg plusieurs fois, dans les deux sens

Le jeune prodige T.Pidcok (Team Wiggins), champion du monde de cyclo-cross, emmène le peloton
4 crevaisons m’ont graduellement éliminé de l’avant de la course
Arrivée à Melton Mowbray : le britannique Gabriel Cullaigh du team Wiggins, 22 ans, remporte brillamment la course. Retenez bien ce nom…
Je termine dans un 4ème groupe, à la 78ème place. Comme chaque année, moins de la moitié des coureurs parviennent à finir la course. Les coureurs trop retardés sont en effet systématiquement mis hors-course, et tout le monde se bat pour rester relativement proche de la tête, et ainsi pouvoir finir la course.
Mon coéquipier Rob Orr reçoit le prix récompensant, le dernier « finisher » la lanterne rouge ! Finir cette course si exigeante est déjà une satisfaction en soi !

Résultats ici

Rutland – Melton International CiCLE Classic

En Angleterre (à l’est de Leicester) depuis vendredi matin, j’ai eu le temps d’effectuer deux reconnaissances de cette course atypique qui aura lieu dimanche. Classée UCI 1.2, elle accueille près de 200 coureurs, les meilleurs équipes britanniques et une dizaine d’équipes étrangères.

Avec son parcours parsemé de chemins, de monts, et de routes défoncées, les anglais la considère comme un mélange de Paris-Roubaix et du Tour des Flandres.

Cette épreuve est rapidement devenue la classique numéro 1 au Royaume-Uni. Avec 3 coéquipiers anglais dans l’équipe, nous ne pouvions y échapper et je suis super enthousiaste à l’idée de découvrir ce monument du cyclisme britannique. 

Les deux reconnaissances ont confirmé le caractère unique de cette course. Après une cinquantaine de kms, soit deux tours du lac Rutland, le parcours emprunte 11 secteurs non goudronnés.

Certains traversent des cours de ferme, d’autres sont des chemins de traverse seulement empruntés par des tracteurs. Le tracé passe même sur certains secteurs dans les deux sens ! 

J’ai bien récupéré du Tour du Maroc, et avais de très bonnes sensations hier et aujourd’hui. Je me sens prêt, capable dun bon résultat, et j’espère simplement que la chance sera avec moi. Les crevaisons sont évidemment déterminantes sur un tel parcours.

Le départ sera donné à Oakham, et l’arrivée à Melton Mowbray.
Je mesure ma chance, il a fait super beau depuis que je suis arrivé !
Mes coéquipiers anglais, ici Ben, m’ont parfaitement guidé.

J’ai eu le temps de faire un peu de tourisme, et notamment d’admirer de jolies villages médiévaux. Ici, le château de Burghley.

Tour du Maroc étapes 9 & 10

Étape 9 : Safi – El Jadida, 151 kms 
L’étape commencer par 30 kms à fond vent de côté, le peloton se morcelle, je me sens bien et épaule notre sprinteur J.Tipper en le protégeant du vent sur cette section difficile.
Nous tournons ensuite à gauche et roulerons plein Nord le reste de l’étape, avec un vent de face calmant les ardeurs du peloton. Nous tâchons de placer au mieux notre sprinteur, n’hésitant pas à prendre la tête du peloton par moments. Il prendra la 7ème place du sprint massif.
Étape 10 : El Jadida – Casablanca, 128 kms.
Nous restons vigilants et présents à l’avant alors que l’allure ne ralentit pas dans les 50 premiers kms, qui comportaient 2 sprints intermédiaires avec de précieuse secondes de bonifications. Je contre à l’issu de chaque sprint et pars à chaque fois pour quelques kilomètres d’échappée à 2 ou 3, mais le peloton ne se relève pas. A l’entrée du circuit final sur la corniche de Casa, à 30 kms de l’arrivée, nous prenons la tête du peloton.
Aucune équipe n’a tenté de concurrencer les italiens de Williers, la guerre ayant lieu à chaque fois derrière lui pour prendre sa roue. En adoptant cette tactique, nous garantissons au moins un final sans stress à notre sprinteur.
Nous maintenons une bonne allure et personne ne vient nous embêter jusqu’à 3 kms de l’arrivée où cela déboulede partout. L’italien Marezco est imbattable, mais notre sprinteur confirme son bon Tour en terminant 4ème. Il aura été le seul à battre Marezcko, en remportant la 6eme étape.

Je boucle mon 4ème Tour du Maroc consécutif. Cette course a encore tenu toutes ses promesses. Une alternance d’étape difficiles et d’autres plus contrôlés, idéales en début de printemps, et même en début de saison pour ma part. Les conditions météos sont globalement bonnes, les hôtels et la nourriture excellents, l’organisation bien rodée. Tout ça permet de bien récupérer et de ne pas finir épuisé mentalement et physiquement.

Comme prévu, j’ai élevé mon niveau jour après jour. J’ai répondu présent pour l’équipe qui amontré un des meilleurs collectifs après les italiens de Williers qui ont raflé la plupart des étapes, et les français de Vendée U qui ont maîtrisé le général.

J’étais à lavant sur l’étape que j’avais coché, une des rares où l’échappée pouvait aller au bout. Au delà du petit résultat personnel obtenu (5ème) – j’ai déjà obtenu presque toutes les places d’honneur possibles sur cette course en 2015 et 2016- je suis surtout content de la manière : une longue échappé avec des costauds sur un terrain venté et accidenté. Je n’ai pas de capteur de puissance mais je n’en ai pas besoin pour devniner que j’ai sans doute réalisé une de mes toutes meilleurs puissances moyennes sur 3-4h. Il m’a seulement manqué un poil de force pour accompagner un coureur de classe World Tour dans le final. Pas mal pour une première course et travaillant à plein temps depuis la fin de l’automne !

Ma saison est bien lancé, et je m’apprête à courir dans un nouveau pays, l’Angleterre ! A l’heure où j’écris ces lignes (vendredi matin), je suis dans l’avion pour Birmingham.
Je dispute dimanche une des plus grandes classiques britannique, la « Melton CiCLE Classic », et ses fameux chemins à travers les ferme.