Parc national du Yosemite

Jeudi 9 novembre

Premier jour de randonnée. Il a plu la nuit et le ciel est pure le matin !

Nous marchons tranquillement 15-20 kilomètres durant la journée, en prenant le temps de contempler ces endroits superbes !

Vendredi 10 novembre

Après une mise en jambe assez plate la veille dans la vallée, nous nous lançons dans une rando plus vallonnée.

Nous montons sur les cascades de Vernal et de Nevada Falls avant de prendre le panoramic trail pour monter à Glacier point.

Une rando superbe et heureusement pas technique car nous n’avons aucun équipement. Nous marchons d’un bon pas et bouclons ces 16,5 kms en 3h, pour 1400 mètres de dénivelé positif.

Le point de vue en haut de Glacier Point nous surprend une nouvelle fois par sa grandeur !

 

Samedi 11 novembre

Après une ultime petite ballade le matin au pied d’El Capitan, et une autre pour voir des sequoias géants, il est temps de quitter le Yosemite.

Je retrouve mon vélo pour plonger dans la Central Valley. 150kms jusqu’à Merced durant lesquelles les paysages changent complètement plusieurs fois.

Nous traversons encore quelques villages de cow-boys dans les forêts au bas des montagnes, avant d’entrer dans de grandes prairies et ses ranch.

En entrant dans la partie centre de la vallée, totalement plate, nous traversons des champs immenses de pistachiers. Les villes du centre de la Vallée, comme Merced, ne sont pas connus pour leur beauté, mais sont des centres majeurs de productions industrielles et agricoles de la Californie.

Tioga pass et route 120

Mardi 7 novembre

Lever à 5h45 pour aller voir le lever de soleil depuis les dunes de sable de Mesquite flat sand dunes. Instants magiques, le soleil illumine doucement les dunes dans une Vallée de la mort grandiose et silencieuse.

Nous prenons ensuite la route qui qui mène à l’entrée ouest du parc de la Vallée de la mort et qui consiste en un ligne droite interminable qui nous emmène à plus de 1000 minutes d’altitude.

Nous basculons ensuite dans la Vallée au pied de la Sierra Nevada et remontons vers le Nord par la route 395. Nous passons les villages typiquement américain de Lone Pine, Big Pine, Bishop, avant de monter vers Mammoth Lake.

Sam me dépose et je finis la route en vélo, une cinquantaine de kilomètres jusqu’à Lee Vining. Aux alentours de 2000m d’altitude, les paysages ont radicalement changement avec le retour des conifères, et l’air glacial de la montagne se fait sentir ! Il fait seulement 4-5 degrés et je me demande si je vais pouvoir franchir le Tioga Pass à plus de 3000m le lendemain …

Mercredi 9 novembre

Nous y voilà. À Lee Vining, au pied du fameux Tioga Pass. Il n’y a que 125 kms pour rejoindre notre prochaine étape, la Yosemite Valley.

Cette superbe route ferme habituellement début novembre à l’occasion de la 1ere tempête de neige pour recouvrir seulement à la fin du printemps. Nous avons eu beaucoup de chance, car la route fut fermé le week-end précédent … puis réouverte juste avant notre venue. Fausse alerte. Si elle devait se fermer juste avant notre passage, les conditions météos pouvant changer très rapidement, nous devrions effectuer un détour monstrueux d’une journée de voiture au moins, pour contourner l’immense massif de la Sierra Nevada par le nord ou par le sud.

Départ à 7h30, Sam en voiture, moi en velo. Il ne fait que 2-3 degrés mais les premiers rayons de soleil me réchauffe rapidement… ainsi que l’ascension de ce col de 20 kms et plus de 1000m de dénivelé.

Malgré un fort vent de face glaciale par moment, l’ascension se passe bien, il n’y a pas de portions très raides. Apres la plus longue sortie en temps, je bat un autre « record personnel » durant ce voyage avec la plus haute route roulé à vélo. A 3000m, l’altitude se fait sentir mais j’évite de me mettre dans le rouge.

Au sommet, les rangers gardien du Parc, ont déserté leur poste. Seulement 3 ou 4 voitures m’ont doublé durant les 2 premières heures, profitant comme nous de cet ultime sursis avant la longue fermeture de cette fameuse route 120.

Durant 80 kms environ, la route reste à 2300-2500 mètres d’altitude. Les paysages, bien différents des montagnes européennes, sont spectaculaires. Des prairies, comme Tuolumne Meadows, des lacs, des forêts centenaires et des rochers monulentales. A l’approche du centre du Yosemite, on commence à distinguer les immenses dômes caractéristiques des sommets de ce massif.

Les 20 derniers kms sont descendants pour rejoindre la Vallée du Yosemite, le coeur du Parc, où se concentrent des beautés de la nature.

J’y retrouve Sam, monte dans la voiture pour aller voir l’incroyable point de vue de Glacier Point.

Après une semaine de barouds, nous avons décidés de nous poser 3 nuits ici !

La Vallée de la mort

Cap à l’est dimanche après midi, après un passage rapide à Hollywood. En voiture cette fois-ci, toute puissante à Los Angeles. Direction la Vallée de la Mort. Nous avons fait escale sur la route à Apple Valley, porte du désert. Sam ayant attrapé une douloureuse tendinite au genou, nous avons décidé de garder la voiture jusqu’à notre retour à San Francisco.

Lundi 6 novembre

Sam me dépose à Shoshone, un petit village ambiance far ouest, à l’entrée d’une des 3 routes menant à la Vallée de la mort, la moins fréquenté. J’ai 165 kms à effectuer jusqu’au nord de la Vallée à Stovepipe Wells où nous allons dormir. Le prochain lieu de vie, où je pourrais remplir mes bidons, est Furnace Creek, dans 125kms. Heureusement, il ne fait que 25 degrés.

La première partie est montante, jusqu’à 1000m d’altitude parfois sur de grande lignes droites. Je suis seul au monde, un petit point bougeant lentement dans des paysages grandioses.

S’en suit une longue descente d’une vingtaine de kms jusque dans la Vallée de la Mort, point le plus bas des États-Unis, 85 mètres en dessous du niveau de la mer. J’ai toujours l’impression de pédaler dans un tableau.

En bas, le vent de face redouble de force, je lutte à 23-25 km/h. Les kilomètres défilent lentement, et ma moyenne horaire ne cesse de diminuer … à ce rythme là je vais rentrer à la nuit. Il n’y a toujours quasiment personne, je n’ai pas vu d’animal non plus, aucune trace de vie !

C’est un drôle d’expérience, je me sens écrasé, impuissant. Au bout de 85kms, juste avant le champs de sel de Badwater se produit le miracle que j’attendais depuis longtemps. Je retrouve Sam avec sa voiture, qui est descendu voir le site incroyable de Badwater.

Je vais pouvoir rentrer abrité derrière la voiture quand les routes s’y prêtent, et rattraper le temps perdu pour arriver avec le coucher du soleil.

Le soir, une bonne bière et un gros burger dans un authentique Saloon furent bien appréciés !

La route #1

Jeudi 2 novembre

Notre 1ere étape nous conduisait de San Mateo dans la banlieue sud de San Francisco à Monterey.

Les paysages nous mette rapidement dans l’ambiance, et le soleil est de la partie. Seul ombre au tableau, nous avons vent de face tout du long… alors qu’habituellement le vent souffle Nord –> Sud, d’où notre choix de commencer notre voyage par la côte …

Nous arrivons à Monterey au coucher du soleil, par une piste cyclable à travers les dunes. 6h20 de vélo et près de 180kms pour cette première journée.

Vendredi 4 novembre

Notre seconde étape promettait d’être longue et difficile… et elle le fut ! Nous longeons le superbe parc de Big Sur, la route est très vallonné. Le vent de face ralentit vraiment notre progression. Avec nos sacs lourds de 4-5 kgs, il faut une certaine vitesse pour limiter ce handicap en profitant de l’inertie… mais même dans les descentes nous nous cognons face au vent, incapables de reprendre de la vitesse.

Pour cause d’un glissement de terrain plus au sud, nous devons rentrer dans les terres pour rejoindre Paso Robles par un col de 10kms à 8% de moyenne… suivi d’une longue portions désertes.

Après 3-4 heures sans avoir pu nous ravitailler, nous trouvons enfin une épicerie au milieu de nulle part. Nous avons déjà près de 7h de vélo dans les jambes, et il nous reste 60 kms bien vallonnés. Nous arrivons à destination à la nuit tombante, après un temps record pour ma part, 8h55 de vélo !

Samedi 4 novembre

Suite à ces deux premières longues étapes nous avions prévu une journée light, avec seulement 65 kms le matin, jusqu’à la sympathique ville étudiante de San Lui Obispo.

Nous avons ensuite pris le train jusqu’à Oxnard. Alors que la route 1 quitte la côte sur une grande partie de cette portion, le train « Pacific Surfliner » reste au bord du Pacifique à travers des paysages sauvages et spectaculaire. Le train passe sur des falaises abruptes qui surplombent la mer. 

Dimanche 5 novembre

Dernière étape le long de la côte entre Oxnard et Los Angeles via Malibu, une centaine de kilometres seulement, et pour la 1ere fois du voyage une petite brise de dos ! Il fait aussi un peu plus chaud, le compteur affiche 23 degrés. 

Le vent de dos me donne des ailes et je bifurque de la route 1 pour aller monter dans un des canyons surplombant l’océan.

Quand le trafic devient dense à l’approche de Los Angeles on peut basculer sur une jolie piste cyclable sur la plage. Fin de cette belle sortie à Venice Beach !